Précédent (gauche) Suivant (droite)

Magazine féminin

Inscription à la newsletter Précédent (gauche) Suivant (droite) Lady Perfection

Inscription à la newsletter

Haut (parent)

Copyright © 2013 Ermakova Svetlana. Tous droits réservés. Mentions légales


Publicités :

Cette information pourrait  vous être utile

Inscription à la newsletter

Inscription à la newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir de nouveaux articles qui ne sont pas publiés, des matériaux complémentaires.

Indiquez simplement votre prénom et votre adresse-mail ci-dessous.












Vos données personnelles sont confidentielles, elles ne seront jamais utilisées que pour vous envoyer nos newsletters, voir mentions légales .

Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Bookmarks Partager sur LiveJournal Partager sur Reddit Partager sur Newsvine Partager sur Tumblr Partager sur Digg Partager sur Stumble Upon Partager sur LinkedIn Partager sur Delicious Partager par e-mail Imprimer

Bien-être

Beauté

Carrière

Famille

Enfants

Amour

Maison

Déco

Jardin

Cuisine

Loisirs et activités

Tricot

Crochet

Frivolité

Macramé

Dentelle d’aiguille. Dentelle Roumaine

Dentelle Irlandaise

Quilling

Vitrail Tiffany

Batik ou peinture sur soie

Broderie au ruban

Kanzashi


Origami

350 tutoriels en vidéo


Théâtre d’ombres

Loisirs créatifs

Inspirations

Culture

Voyages


Large Visitor Globe

Amour

Les secrets de la séduction des maîtresses les plus renommées


Le rêve d’une vraie femme est d’être la femme de rêve, au moins pour son prince charmant. Alors pourquoi ne pas apprendre quelque chose aux femmes exemplaires restées dans l’histoire grâce à leur art d’être aimées, adorées, désirées ?

Nous comprenons que leur succès en amour n’était pas dû à leur beauté. Sinon pourquoi autant de belles femmes sont malheureuses ?

Non, elles ont obtenu la gloire des grandes femmes, maîtresses, femmes fatales, mères, grâce au mariage exclusif de l’apparence physique, du potentiel intellectuel, du courage, de la conduite (différente, mais toujours correspondant aux objectifs), de l’assiduité, et bien évidemment de la connaissance de la psychologie des hommes.

L’histoire démontre que les Grandes Femmes faisaient jouir non seulement l’œil et la chaire de l’homme, mais son intellect et son âme, ce qui leur permettait de briser les cœurs et être toujours désirées.

Cléopâtre

Cléopâtre était un vrai stratège dans le domaine de conquête des hommes.

L’arme secrète de cette femme est la capacité d’étonner, d’intriguer, en surprenant l’homme; son aptitude de changer, de s’adapter à l’homme.

La légende raconte qu’avec César renommé intellectuel, elle était spirituelle, charmante, elle parlait de la politique et des arts.

A côté d’Antonius, grossier et courageux guerrier, exposé à des instincts et des désirs primitifs, elle devenait presque courtisane sans retenu.

Tout comme lui elle buvait, grondait, traînait dans les endroits suspects, même le battait ce qui lui apportait un vrai plaisir.

Il n’y a jamais eu de femme égale à Cléopâtre dans le domaine des surprises.

Par exemple, elle a reporté plusieurs fois la première rencontre avec Antonius, même en prenant le risque d’être oubliée. En fait, elle a mis ce temps pour faire construire un bateau extraordinaire. Et le jour où elle a enfin consenti, elle est apparue sur un navire raffiné sur le fond d’une tendre musique et d’une illumination, ce qui a saisi Antonius.

Pour le faire oublier sa femme Octavia, Cléopâtre a organisé un cercle de 12 copains, où chaque jour était rempli de nouveaux plaisirs, distractions et discussions.

La favorite légendaire de Louis XV

Tout comme Cléopatâtre, encore une grande maîtresse, marquise de Pompadour a toujours misé sur des surprises.

Elle comprenait à quel point il était important d’étonner les hommes, surtout blasés, pour rester favorite longtemps.

On disait qu’elle était seule à savoir dissiper le cafard de Louis XV. La marquise inventait toujours des distractions, chantait, jouait, racontait des histoires et des anecdotes. Pompadour a utilisé tout un arsenal de moyens, y compris les jeux de rôle et des déguisements : un jour elle était une bergère innocente, le lendemain une odalisque langoureuse avec un maquillage extraordinaire, des habits et le comportement correspondants.

D’ailleurs, avec le temps, la beauté fanée, la marquise a compris qu’elle perdait le pouvoir du cœur du roi et elle a décidé de devenir son amie pour garder l’influence.

Et alors elle a commencé à recommander à Louis XV des favorites potentielles, et s’est entourée de poètes et de peintres.











Ninon de Lenclos, « la reine des courtisanes » a rassemblé des gens remarquables dans son petit salon au 36 rue des Tournelles à Paris, en les attirant non seulement par sa beauté, mais surtout par son esprit, son comportement et une atmosphère extraordinaire de liberté, légèreté, sensualité.

Parmi les habitués de son salon n’étaient pas que les hommes. Les femmes recherchaient souvent à faire sa connaissance pour lui apprendre comme elles disaient, de bonnes manières.

Jacqueline Kennedy, femme de John Kennedy et d’Aristote Onassis, avait selon des rumeurs, des romans avec plusieurs hommes reconnus contemporains, de Marlon Brando à Robert Kennedy, frère de John.

Est-ce qu’elle était une femme qui savait clouer le cœur d’un homme pour toujours ? Probablement non, on connaît des relations de John (d’ailleurs de Robert aussi) avec Marilyn Monroe. Pourtant Aristote Onassis n’a jamais cessé de rencontrer Maria Callas.

Mais elle savait sans doutes attirer l’attention, provoquer toujours restant dans le cadre de la respectabilité, et donner envie de la conquérir.

Jacqueline était élégante et en a fait sa marotte, comme en contrepartie à l’image de Marilyn.

Jackie était élégante jusqu’au gaspillage, suivait une mode respectable, et audacieuse. Ses idées de design épouvantait souvent le public, mais étaient soutenues avec enthousiasme et servait d’exemple à imiter pour les Américaines.

Mais encore Jackie tout comme Madame Pompadour, et plusieurs d’autres femmes entrées dans l’histoire grâce à leur savoir-faire de charmer les cœurs des hommes, elle considérait des aventures romantiques de John Kennedy avec indulgence.

Parce qu’elle voulait rester avec lui malgré tout. On ne peut pas savoir si elle était en effet une grande maîtresse. Mais il existe une légende que Jackie était une bonne élève. Une fois le docteur saisi par l’ignorance de Jackie dans les questions de physiologie lui a parlé des zones érogènes des hommes et déjà une semaine plus tard Onassis s’est venté de ce que Jacqueline surpassait toutes les femmes qu’il avait jamais connues.

Marilyn Monroe est une image le plus chic et incontestable de Femme et d’Érotisme du XXème siècle.

L’image désirée de la majorité écrasante des hommes.

D’ailleurs comme la plupart des héroïnes décrites su-dessus on peut plutôt lui attribuer le titre de sex-symbol que de grande maîtresse.

Un de ses ami-amants a remarqué qu’« elle était très simple au lit, et elle jouissait plutôt de la réaction des hommes ».

Le secret de Marilyn de provoquer de l’enthousiasme et du désir est suffisamment simple : sa force d’attirance était en mariage de l’innocence angélique et de l’érotisme incroyable, sincère mais pas vulgaire. Et pourtant – et voilà le mystère de Marilyn ! – personne n’arrive à l’imiter.

Malgré la féminité naturelle et le charme de la séductrice Maryline ne s’est jamais contentée de profiter de ce don de la nature. Elle a toujours travaillé sur son image. Il est même probable qu’elle ait inventé des petits trucs devenus plus tard légendaires.

Par exemple, on dit que pour créer son illustre allure (dans le film « Certains l'aiment chaud ») elle a limé les talons des chaussures, et pour la forme idéale de poitrine elle y a ajouté de petits coussinets.

Bien sûr Monroe cultivait sa sexualité, en jetant dans la foule des phrases comme « Pour la nuit je ne mets qu’une goutte de Chanel n°5 » ou en se faisant filmer demi-nue.

Autrement dit, Monroe a créé son image, qu’il est impossible de reproduire sans rester qu’une copie.

On pourrait continuer à énumérer des légendes de féminité, mais en tout cas on comprendra, que le secret et le mystère de tout sex-symbole c’est le secret et le succès de la Personnalité.

Il est possible de perfectionner le corps, d’éduquer un bon goût, de séduire la foule, mais la force motrice en est la volonté, le caractère, l’individualité et l’esprit.

De toute façon on peut résister à la beauté, mais jamais à l’attirance de la personnalité.


Par Svetlana Ermakova, rédactrice en chef, docteur en sciences de l'éducation